Symphonie • Je vends du toc, je deale de l'espoir.

 :: les papiers :: Formulaires :: Archivés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
28.12.17 19:22
symphonie
19 ans. ; jaal ; prosodie ; améthyste
dolia • rinnyleep

caractère Elle est une neige inviolée, une innocence candide et impunie que l’on n’ose regarder ardemment. Un accord net, mélodieux. Une note fluide et gracieuse. Ce sourire désinvolte et enfantin. Parce qu’elle ne voit que sa propre ombre, ne sait qu’on l’admire, qu’on la guette. Elle ne connaît pas même l’allure de l’Homme, et pourtant. Pourtant Symphonie en a touché des hommes, et des femmes aussi, elle en connaît l’anatomie comme personne, des omoplates aux genoux, de la nuque aux reins, dans les moindres recoins. Et ce sont ces mains si viles et impures qui finissent par la trahir.

Elle n’a jamais eu de complexes quant à cette facette de sa vie, et n’en aura jamais. Elle attire. Elle repousse. Elle se fait désirer mais ne désire jamais rien en retour qu’un peu d’or, qu’un peu d’argent. Qu’un peu de vivres. Elle vit de rêves, d’inconnus, de découvertes et des sons qui l’entourent. Des rires, des gémissements, des râles et des pleurs de ses semblables.

Elle imagine les larmes comme des gouttes de pluie, les rires comme la chaleur du soleil et semble s’épanouir dans ces sensations qui lui paraissent à chaque fois nouvelles. Patiente, toujours ailleurs, toujours à l’endroit où elle n’était pas. Le noir n’est jamais le même.  Ainsi lui apparaît l’aventure et le monde. Tout change en permanence. L’ordre des choses. Elle est vagabonde éternelle. Voyageuse extraordinaire. Inattendue.  Elle contemple les étoiles en imaginant un amas noir dans un ciel étincelant, touche les plumes en pensant qu’elles sont d’égal aux feuilles d’un arbre. Puisqu’elle n’en sait rien. Puisque Symphonie c’est une âme errante et naïve.

Un esprit vagabond et imprudent.

Elle n’a ni chaîne ni emprise. Elle ne sait ce que le mot foyer signifie mais sait que la terre ne la rejettera pas. Les Hommes, eux. Toujours les Hommes. Ceux qui refaçonnent à leur façon pour ne pas dire qu’ils changent pour changer. Politiques, scientifiques, artisans et militants. Ce sont les mêmes qui se jettent éperdument sous ses draps de soie, dans sa peau de velours. Ces mêmes qui lui laissent un poids. Qui l’emprisonnent. Qui la rende esclave d’elle-même. C’est sûrement parce qu’elle est attachante, parce qu’on ne voit en elle que ce reste d’enfant perdu et débrouillard, qu’ils reviennent la voir. Pour un soir. Pour une pipe. Pour oublier. Toujours les mêmes voix. Les mêmes souffles. Alors aujourd’hui elle enfile ces tissus de dentelle une nouvelle fois pour se rendre plus attirante et plus accessible qu’elle ne l’est déjà.

Dans une beauté qu’elle ne perçoit pas.
Pour un monde qu’elle ne percevra jamais.

Et toutes les sensations qui vont avec.
une fois
• Elle est née dans un foyer aimant. Elle a un grand frère qui n’était jamais là, donc n’a concrètement aucune idée de qui il est. Peut-être qu’en fait, c’était même pas son grand frère.
• Son père était ouvrier et sa mère professeure des écoles.
• Son prénom de naissance est Elurra.
• Quand elle avait cinq ans, elle a perdu de vue -lol- ses parents. Paniquée, elle s’est précipitée à leur recherche mais ne les a jamais retrouvé. Elle est pas sûre d’être déjà retournée dans sa ville.
• Depuis ce jour, elle erre dans les rues, dans les terrains inhabités, et vit sa vie au jour le jour.
• Elle a commencé à chanter dans la rue, d’où le surnom de Symphonie, toutefois elle chantait très mal, mais la pitié rapportait.
• A partir de ses 15 ans, la pitié ne marchait plus et elle a abandonné le chant de rue, se consacrant à l’aventure pure et dure, mendiant quelque peu pour subvenir à ses besoins.
• Elle commença la prostitution lors de ses 17 ans, lorsqu’on lui demanda pourquoi elle ne profitait pas de son physique avantageux pour se faire des perles.
• Elle se donnait toujours un an de plus.
• Entre deux coups, elle vend ses soi-disantes trouvailles de voyages qui sont vraisemblablement de simples cailloux qu’elle a transformé. Mais ça, elle ne le sait pas.
mêlée
en quête d'espoir Une brume qui se pose sur le bois de coque interne. Si ce n’est la nuit, elle se doute que les vagues sont houleuses et que la tempête gronde. L’air frais s’engouffre dans ses cheveux courts et les gigotement de ses compagnons lui font suivre le pas. Ils ne crient pas. Ils semblent absorber par la sensation étonnante que le fracas leur fait subir. Il y a un léger sourire sur ses lèvres. Le sourire d’un renouveau, de l’envie et de l’attente. On lui avait dit de nombreuses fois de ne pas courir à droite, à gauche, de ne pas se heurter et pour une fois toutes ces règles semblaient s’évaporer. Ils étaient quelques-uns, elle ne saurait dire combien, leurs chaleurs forme un halo réconfortant et tous se préparent pour ce qu’ils appellent l’aventure de leur vie.

Tout ça pour une pierre.
Une foutue pierre.

Ils s’emboîtent le pas en se tenant la main, se heurtent aux arbres, tombent et se relèvent. Ils ne parlent que peu car tous suivent le son des pas des autres pour éviter les mains moites. Ils se souviennent des anciens qui parlaient d’une quête de trois jours. Pour elle, ça fait déjà un mois, le jour et la nuit elle ne les perçoit qu’au travers des changements brusques de température et depuis peu, ou depuis longtemps, elle n’entends plus ses camarades. Peut-être était-ce à cause de cet orage, de ce foudroiement qui attira son ouïe et lui fit perdre le reste du groupe. Non, elle ne s’en est pas rendue compte. Tous aveugles, incapables de savoir s’ils sont seuls ou à deux. Deux ou plusieurs. Elle a gardé en elle cette chaleur humaine et persiste à la sentir alors qu’elle n’est plus.
Sa voix s’élève, résonne.

Elle ne le sait pas.
Ne l’a jamais su.
Mais cette tour si fabuleuse n’est qu’à quelques pas.

Symphonie ne s’attendait à rien, nullement à cette voix qui lui répondit au loin. Où es-tu ? Ici. Il fallait suivre la source sans détour. Ainsi elle dépassa la promise et s’engouffra dans des milieus hostiles. Elle avait, pour ce qu’elle croyait, retrouver son chemin et les siens. Une voix féminine, douce qui néanmoins lui était inconnue. Où vis-tu ? Elle ne la connaissait pas. Chez moi. Elle ne comprenait pas. Mais, où est-ce ? Vers là-bas. Elle ne pu qu’acquiescer,  ne sachant que par un brief mouvement dans les airs que le là-bas était purement approximatif.
Elles firent des détours, aucune des deux ne savait vraiment où il fallait mettre le pied pourtant elles arrivèrent à destination six jours plus tard, des jours bourrés d’obstacle et de plantes, de découverte et d’incompréhension. En fait, il fallut trois jours pour que la jeune Symphonie oriente la recherche vers la tour. Comment aurait-elle pu deviner. Personne ne devinait car personne n’était devin.

Et une fois arrivée, sa main plongea dans l’inconnu.
En ressorti une pierre apparemment semblable à toutes les autres.

Prune.
Rugueuse.

Cette pierre qui finalement n’avait point fait chavirer son coeur.

pour ruiner celui des autres A première vue, c’est inutile. Et ça l’est. C’est de l’escroquerie pure et simple. Une illusion plus qu’une transformation. Il lui suffira d’un simple gravier, d’un simple bout de roche pour l’embellir et le rendre spécial. Elle connaît d’abord l’améthyste mais peu à peu les autres pierres précieuses s’ajoutent à son panel. Physiquement. Un caillou reste un caillou. Un rubis reste un rubis. Mais l’espace de quelques secondes, puis un jour, quelques mois, l’éternité, c’est ce rubis qui semblera être un saphir. Ce gravier qui semblera être un diamant. Alors elle vend l’espoir aux autres avant que la transformation ne s’essouffle. Car aucun d’entre eux n’a jamais réellement fonctionné, ils gardent leur propriétés pourtant l’enveloppe se métamorphose, du moins pour les autres. Symphonie ne touche que ce qu’elle a toujours eu dans les mains et ne se rend pas compte de son propre don. Ce saphir qui semble si lisse à certains ne lui procurera que l’effet d’un gravier, que l’effet de cette roche qu’elle avait ramassée. Pourtant, elle y croit. Elle sait qu’un jour certains deviendront réalité.

Painperdu bonjour. j'ai trop rien à dire sur moi sorry. j'vous aime bien. vous êtes mignons. bisous.


crédits: softhance, ©️ nmd
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
28.12.17 19:24
Le membre 'Le Choisi' a effectué l'action suivante : dés


'pierres' :
Admin
avatar
Messages : 72
: 3328
Voir le profil de l'utilisateur http://theia.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
28.12.17 23:41
bon du coup j'ai lu ta fiche et
et tout est ok

j'aime le caractère et rip son pèlerinage qui est long comme tout mais
DU COUP JE TE VALIDE ZEQSOERSDRWX
Admin
avatar
Messages : 89
: 4402
Pierre : péridot
Occupation : chevalier • épéiste • maitre d'armes
Référence : padparadscha • houseki no kuni

Personnage
Rôle:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur


rdfdx
Revenir en haut Aller en bas
29.12.17 2:41
t'es fab
avatar
Messages : 48
: 2447
Pierre : émeraude
Occupation : big mama
Référence : OC • KR0NPR1NZ

Personnage
Rôle:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
t h é i a :: les papiers :: Formulaires :: Archivés-